Doit-on s’en inquiéter? La nouvelle gestion publique (également appelée nouveau management public, de l'anglais new public management) est un concept né dans les années 1970.. Elle nie — ou en tout cas minimise — toute différence de nature entre gestion publique et gestion privée. Il n’est pas question ici de remettre en question la perfectibilité du système public et les améliorations possibles à y apporter, il s’agit d’examiner avec attention les solutions proposées par la NGP, d’en comprendre les impacts sur les conditions de travail et sur les missions mêmes des services publics. En conséquence, elle réclame un meilleur partage des rôles entre L'auteur défend ici l'idée que la Nouvelle Gestion publique a fonctionné comme une pensée mythique, dont l'efficacité a peu à peu été démentie par les évaluations. V oilà l’axe central de la Stratégie de gestion des ressources humaines 2018-2023 du gouvernement du Québec, dont Le Soleil a obtenu copie. Déclaration de résistance à la nouvelle gestion publique dans la santé et les services sociaux1 RÉSISTANCE NGP 1. La nouvelle gestion publique Une organisation du travail à interroger Michel Parazelli, professeur-chercheur École de travail social , Université du Québec à Montréal 25 octobre 2018 – Colloque en gestion de l’APES 90 % des omnipraticiens du Québec. Cet ouvrage rend compte, à partir des regards croisés de chercheurs d’Europe comme du Québec, des enjeux et des défis du travail social au regard de la nouvelle gestion publique, et surtout de la diversité et de la complexité de ceux-ci. Le contexte de la réforme: le Québec a de nouvelles attentes envers sa fonction publique 3 Le Québec est devenu l’une des sociétés les plus ouvertes sur le monde. de mise en œuvre de ces nouvelles formes d'organisation et de gestion des organismes de protection sociale. De partout, les politiques sociales et les services sociaux sont modulés par les mots d'ordre de la nouvelle gestion publique : responsabilisation, performance, rentabilité. L'approche systémique de la gestion des ressources humaines dans les administrations publiques du XXIe siècle Québec : Presses de l'université du Québec, 2015. D’abord le fondement néolibéral de la NGP amène ses partisans à carrément remettre en cause l’État providence : ils postulent d’emblée l’efficacité supérieure du marché privé et mettent l’accent sur la réduction des dépenses publiques que la privatisation des services devrait pallier. Il désigne « les dispositifs et les pratiques tendant à modifier les rapports de pouvoir au sein des administrations afin d’accroître le contrôle (par des programmes continus d’évaluation) sur les agents publics et d’augmenter leur productivité, renforçant ainsi le pouvoir des managers. » (Demers, 2018 : 11). QUELS SONT SES EFFETS SUR LE PERSONNEL DES SERVICES PUBLICS ? Divers effets de la NGP ont été documentés dans plusieurs secteurs des services publics. du gouvernement du Québec pour l’avenir RAPPORT DE RECHERCHE Jacques Bourgault,Ph.D. Le comité organisateur du Colloque sur les effets de la Nouvelle … La standardisation des pratiques est également une tendance issue de la NGP. Chercheurs associés Janvier 2003. Selon Max Weber, la bureaucratie est la forme d’organisation supérieure. Il faut d’abord s’intéresser aux maux de l’ancienne gestion publique pour comprendre les origines de cette nouvelle gestion.Lors de son discours du trône en avril 1999, le premier ministre du Québec, Lucien Bouchard, annonce « une profonde modernisation de la fonction publique qui mettra l’accent sur la qualité des services aux citoyens et sur l’atteinte de résultats mesurables ». Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2 Téléphone: 418 657-4399 Télécopieur : 418 657-2096 Courriel: puq@puq.ca Internet : www.puq.ca Pour vous informer ou si vous présentez des symptômes, consultez Québec.ca ou contactez le 418/450/514/819 ou 1 877 644-4545. Lucie Rouillard,Ph.D. Cela ne signifie pas qu’il faille rejeter tout processus d’évaluation et de réflexion sur les pratiques, mais de remettre en question les solutions proposées par la NGP face aux enjeux éducatifs. En second lieu, pour le secteur de l’éducation, une mise en marché des services éducatifs qui, plutôt que de montrer les bénéfices et la « qualité » du système scolaire, entraîne, au contraire, une concurrence aux effets inéquitables pour les populations : les palmarès et les autres indicateurs de classement des performances sont le reflet d’une compétition accentuant la ségrégation scolaire au détriment des conditions d’apprentissage et de travail du personnel dans de nombreux milieux. Les travaux attestant de cette évolution sont nombreux. C’est la consécration de l’État-entrepreneur. La nouvelle gestion publique (NGP) : naissance de l’école-entreprise. En somme, on reproche aux services d’État d’être rigides, pas suffisamment efficaces, et de gaspiller. Défendriez-vous le « gaspillage » ? Il faut d’abord s’intéresser aux maux de l’ancienne gestion publique pour comprendre les origines de cette nouvelle gestion. La neutralité politique est la séparation politique et administrative. Elle nie - ou en tous cas minimise - toute différence de nature entre gestion publique et gestion privée. Expliquer la nouvelle gestion publique en éducation en moins de deux minutes, c'est possible? 352.6 LEM Maury, Suzanne La GRH dans la fonction publique On affirme que les solutions, notamment pour les coûteux secteurs de la santé et de l’éducation, se trouvent du côté des modes de gestion des entreprises privées : avec la mise en concurrence des établissements et du personnel, le traitement des usagers des services comme des clients à satisfaire, plus de flexibilité mais en contrepartie plus de mesures des résultats et des évaluations, il sera assurément possible de réduire les coûts, tout en augmentant les performances. 5 Premier type : ce groupe est constitué de ceux des salariés qui répugnent à travailler. (1999), « La Nouvelle Gestion publique : un concept mythique », Lien social et Politiques – RIAC, no.41, printemps, pp.95-103 Ministère de la Santé et des Services sociaux (2010), Évaluation de l’implantation des réseaux locaux de services de santé et de services sociaux, Gouvernement du Québec, mai, 105p. QUÉBEC, le 21 déc. D’OÙ VIENT LE TERME « NOUVELLE GESTION PUBLIQUE » ? Lors de son discours du trône en avril 1999, le premier ministre du Québec, Lucien Bouchard, annonce « une profonde modernisation de la fonction publique qui mettra l’accent sur la qualité des services aux citoyens et sur l’atteinte de résultats mesurables ». En premier lieu, une « promesse » de flexibilité et d’autonomie non rencontrée : « la promesse d’accroître à la fois l’autonomie et l’imputabilité des professionnels n’aura été réalisée qu’au regard de cette dernière. ». En conséquence, elle réclame une approche pragmatique des problèmes et un meilleur partage des rôles entre : Le président du Conseil du trésor, Jacques Léonard, renchérit : « Il est reconnu que la compétition qui résulte de l’ouverture des marchés n’affecte pas uniquement les entreprises privées. La nouvelle gestion publique (NGP) est généralement définie comme un mouvement international de réformes des administrations publiques qui a vu le jour au début des années 1980 et qui vise une augmentation de leur efficacité organisationnelle et de leur reddition de comptes à l'aide de méthodes de gestion empruntées aux entreprises D’IMPORTANTES CONTRADICTIONS À SURMONTER, Le personnel des services publics constate plusieurs contradictions entre les pratiques et les discours de la NGP, et les finalités de leur travail. Le travail social et la nouvelle gestion publique. Ainsi, sans remettre en question l’existence des services publics, nous pourrons les rendre plus rentables. Ce texte est tiré du cahier de participation au réseau d’action sociopolitique de la FAE (p. 9 à 12). Les sources y figurent. La nouvelle gestion publique : les administrations publiques font-elles une trop grande place au privé? Nouvelle gestion publique et éthique administrative. Les enseignantes et enseignants ont parfois l’impression que les résultats de leurs élèves sont devenus plus importants que leur apprentissage. Depuis plusieurs années déjà, il est question de nouvelle gestion publique (le new public management). Un certain engouement pour la prévention précoce tend à s'instituer, depuis 2000, dans différents établissements de services sociaux et de santé de l'État québécois ainsi que dans plusieurs organismes communautaires. Si on affuble nouvelle d’une majuscule, on obtient la matrice de la GPR. Des études universitaires à la portée de tous, Faire une demande d'admission : un processus simple, Des services qui répondent aux besoins des étudiants, Informations pour les étudiants canadiens (hors Québec) et étrangers, Enrichir ses compétences à la maîtrise et au doctorat, Des créneaux d’excellence en formation et en recherche, Répertoire des revues de recherche et de création de l’Université du Québec, Brochures "L'Université du Québec en quelques chiffres", Feuillets sur l'excellence en formation et en recherche, Bulletins en collaboration avec Québec Science, École nationale d’administration publique (ENAP). Les notes des élèves étant mesurables ; elles constituent assurément des données de prédilection pour la nouvelle gestion publique (NGP). La nouvelle gestion publique participe ainsi à la transformation des établissements publics, dont les établissements scolaires, en quasi-entreprises dirigées par des chefs d’établissement formés à la culture de l’entreprise. La nouvelle gestion publique (également appelé nouveau management public, de l'anglais new public management) est un concept né dans les années 1970 dans les milieux néo-libéraux. © 2021 Fédération autonome de l'enseignement (FAE). Depuis plusieurs années déjà, il est question de nouvelle gestion publique (le new public management).On parle alors de moderniser les administrations publiques, d’introduire de nouvelles façons de faire, lesquelles seraient plus adaptées au défi et à la complexité de nos sociétés modernes. Dans cette logique, les services publics ne sont pas considérés comme différents des autres types de biens et services, l’éducation est donc une marchandise comme les autres. En faisant porter plus de responsabilités aux enseignantes et aux enseignants de la classe régulière, la RAI rentabiliserait les ressources.